RÉSEAU COCAGNE



 

Les Jardins de Cocagne

Les Jardins de Cocagne sont des exploitations maraîchères biologiques, à vocation d’insertion sociale et professionnelle. Ils ont généralement le statut d’associations loi 1901 sans but lucratif et existent principalement sous forme d’Ateliers et Chantiers d’Insertion (ACI).

Les Jardins de Cocagne accueillent des femmes et des hommes de tout âge, en situation précaire et rencontrant des difficultés d’ordre professionnel, social ou personnel. A travers la production de légumes biologiques, distribués sous forme de paniers hebdomadaires à des adhérents-consommateurs, les Jardins de Cocagne permettent à ces personnes de retrouver un emploi et de(re)construire un projet professionnel et personnel.

En développant une action sociale, économique, environnementale, en promouvant une consommation locale, bio et citoyenne, et en recréant du lien de proximité, les Jardins de Cocagne se situent résolument au cœur de l’économie solidaire et du développement durable.

D’autres activités viennent, selon les opportunités locales, se greffer à l’activité principale de vente de paniers de légumes bio des Jardins : animation d’un jardin pédagogique, éducation à l’environnement, création de conserveries, chantiers environnement, traiteur, etc.

Le Réseau Cocagne

En 1991 démarre, à l’initiative de Jean-Guy Henckel, le premier Jardin de Cocagne à Chalezeule, près de Besançon dans le Doubs.

Se basant sur le cahier des charges de l’agriculture biologique et à vocation d’insertion sociale et professionnelle, cette exploitation maraîchère d’un genre nouveau et de forme associative, suscite rapidement l’intérêt de nombreuses personnes en France. En quelques années, 50 Jardins de Cocagne voient un peu partout le jour.

Pour favoriser leur développement, les Jardins décident de se regrouper au sein d’une entité nationale. Ils fondent, en 1999, le Réseau Cocagne, association loi 1901 à but non lucratif. Jean-Guy Henckel en prend la direction.

Nos valeurs

Les Jardins de Cocagne sont unis par des valeurs communes rassemblées dans une charte en 4 points :

  • Lutter contre l’exclusion et la précarité en mobilisant les conditions d’un retour à l’emploi durable, chez des hommes et des femmes en difficultés sociales et professionnelles, dans le cadre d’une activité de travail valorisante ;
  • Produire dans le respect du cahier des charges de l’agriculture biologique ;
  • Commercialiser la production en circuit-court, à destination d’un réseau local d’adhérents consommateurs ;
  • Intégrer et coopérer avec le secteur agricole local.

Les missions que vous soutenez par votre don

Ce sont celles du Réseau Cocagne, qui accompagne au quotidien les 137 Jardins de Cocagne partout en France :

Etendre le programme d’accessibilité alimentaire 30 000 Paniers Solidaires : permettre à des personnes en situation précaire d’accéder aux paniers de légumes bio de Cocagne à un prix réduit, tout proposant des ateliers (cuisine, nutrition, restauration, agriculture) pour que chacun puisse se réapproprier la cuisine et l’alimentation.

Essaimer : dispenser conseil et assistance aux porteurs de projet de Jardins de Cocagne, en France et en Europe, identifier et développer des expérimentations.

Animer la dynamique de réseau et de mutualisation : consolider et pérenniser les structures existantes grâce à une politique de services (formation, mutualisation des pratiques, mise à disposition de documentation, aide à la recherche de financements, assistance technique, parrainage…), les accompagner dans leur démarche qualité et leurs besoins (techniques, commerciaux, socio professionnels).

Professionnaliser les équipes d’encadrement des Jardins : former des équipes d’encadrement afin d’enrichir la qualité de l’accompagnement socio-professionnel des Jardiniers en parcours d’insertion.

Représenter les Jardins : développer des échanges et des coopérations avec de nombreux partenariats publics, privés, du milieu de l’insertion ou de l’emploi (réseaux de l’Insertion par l’Activité Economique, de l’agriculture biologique, de l’économie sociale et solidaire ou de l’environnement).

Communiquer : mieux faire connaître les Jardins de Cocagne et leurs actions et capitaliser et diffuser en interne les bonnes pratiques. Découvrez nos publications.

Nos chiffres clés

Le Réseau Cocagne en 2016 ce n’est pas moins de :

  • 107 Jardins de Cocagne, 27 Cocagne & Co (poursuivant des activités innovantes), 2 Planète Sésame (traiteur bio et solidaire en insertion).
  • 4320 salarié-e-s en insertion par an, 815 salarié-e-s permanent-e-s, 1800 bénévoles et administrateurs-trices et 20 500 adhérent-e-s consom’acteurs-trices en 2016.
  • 42% de sorties dynamiques (vers l’emploi durable ou la formation) parmi les salarié-e-s en parcours d’insertion.
  • Plus de 1000 immersions en entreprises.
  • 13.6 millions d’euros de chiffre d’affaires pour la vente de légumes bio.
  • 1 nouveau réseau incubé Métamorphose (atelier chantier d’insertion éco-maroquinerie) et 2 en phase de gestation sur les thématiques de production de micro-pousses et conserveries anti-gaspillage alimentaire.

La catégorie de votre association : lutte contre l’exclusion par le maraîchage bio
Le type de l’association : fonds de dotation
un descriptif court

Les Jardins de Cocagne sont des exploitations maraîchères biologiques à vocation d’insertion sociale et professionnelle. Par la production de légumes bio, distribués sous la forme de paniers hebdomadaire à un réseau local d’adhérents consommateurs, les associations d’insertion Jardins de Cocagne favorisent le retour à l’emploi de femmes et d’hommes en leur permettant de (re)construire un projet professionnel et personnel. Le Réseau Cocagne accompagne ces structures partout en France.

Les missions

La mission d’un Jardin de Cocagne n’est pas de former spécifiquement au maraîchage. Le maraîchage biologique est ici utilisé en tant que support pédagogique et de remobilisation pour des personnes éloignées de l’emploi.

Pendant leur contrat, les Jardiniers en parcours d’insertion acquièrent ou révèlent des compétences, transférables à d’autres domaines d’activité, notamment dans les secteurs dits porteurs ou en tension : bâtiment, restauration, grande distribution, etc. et qu’il s’agit de repérer afin de les valoriser et faciliter l’orientation de la personne.

Les problèmes personnels représentent un des premiers freins à l’emploi. Parvenir à les identifier chez les personnes accueillies par les Jardins et évaluer régulièrement leur niveau de résolution permet une meilleure prise en compte de cette dimension sociale dans le travail.

Paroles de Jardiniers :

« Le travail de la terre, c’est la vie. Tout ce que l’on met dans la terre, ça nous fait vivre. »

« Au Jardin, on a suivi mon rythme. C’est pour cela que j’ai évolué. »

« Si on m’avait dit ce que je deviendrais, je ne l’aurais pas cru. »

«J’étais mal dans ma peau, c’est tout juste si j’arrivais à m’aimer. »

« J’ai pu revoir des personnes, j’ai repris goût à la vie. Ça nous aide et redonne de l’élan. »

« Créer des relations avec des gens, avant, je savais un peu que ça se faisait, mais je n’en avais pas… Ici, c’est l’école de la communication. »

Plus d’information sur : http://www.reseaucocagne.asso.fr/

Leave a Reply

Your email address will not be published.


VENEZ PARTICIPER VOUS AUSSI AU PAIEMENT SOLIDAIRE